NO LIMIT (projet 2019)

NO LIMIT (projet 2019)

with Pas de commentaire

Un laboratoire artistique intercontinental

France/Québec/Premières Nations

NO LIMIT veut établir un pont avec des artistes québécois contemporains incluant les premières nations, pour des échanges musicaux et artistiques.

L’objectif est de créer un cadre sous la forme d’un « laboratoire artistique inter-continental et inter-ethnique » et ce de façon collaborative et interactive.

Un laboratoire esthétique de création pour se mettre en mouvement, rencontrer et évoluer, artistiquement et humainement.

NO LIMIT sera aussi un espace de réflexion et d’action critique partagées avec les Premières Nations d’Amérique sur des sujets tels que l’écologie, la création artistique ou la justice sociale.

L’objectif central est de créer des rencontres, réaliser des concerts et des performances, des actions de médiation culturelle, de la formation etc,  mais aussi la production de spectacles, d’enregistrements et de publications.
D’une part pour créer un fonds documentaire qui constituera un réservoir d’images et de sons communs à partager et d’autre part pour diffuser et promouvoir la persistance d’une création libre et indépendante contemporaine.

Patrice Soletti est allé à la rencontre d’artistes Québécois à Montréal, à l’occasion du Festival Présence Autochtone  en aout 2018. Il a fait notamment la connaissance de Sipi Flamand de la nation Atikamekw et a également initié deux sessions de travail avec Francis Rossignol et Ghyslain Roy.


15 aout 2018

Session avec Francis Rossignol et Ghyslain Roy

Pour Sipi Flamand : improvisation avec guitares préparées et E.bow sur un solo de flute de Sipi Flamand.
(Ecoute au casque ou sur un système d’enceintes conseillé)

SIPI FLAMAND

« Il faut apprendre à se connaitre pour comprendre les enjeux des communautés autochtones »

Sipi Flamand est un artiste pluridisciplinaire membre actif de Wapikoni Mobile.  Elu du conseil tribal Atikamekw à Manawan, il est engagé politiquement et socialement pour défendre la cause autochtone et recherche le chemin d’une véritable réconciliation entre humains. Il prévient et dénonce aussi que malgré la « Reconciliation » politique en cours, le gouvernement Canadien oeuvre toujours en coulisse à gommer la culture autochtone. C’est aussi contre cela qu’il se bat et s’engage.
D’après lui les médias modernes, audiovisuel notamment, constituent des outils d’expression et de diffusion pouvant mettre en valeur la tradition orale des Premières Nations d’Amérique. La « méthode » qu’il préconise pour de véritables échanges, est de passer du temps dans les communautés, pratiquer leur mode de vie sur les territoires pour comprendre au mieux leur fonctionnement.

………………………………………….

ARTISTES :

Electric Pop Art Ensemble (France)

Patrice Soletti (guitare électrique / effets / vidéo)
David Taieb aka Catman (platines/synthétiseur)
Norbert lucarain aka touski (batterie / Beat Box / synthétiseur)
Marc Siffert (basse electrique)

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Québec :

Francis Rossignol (batterie / électronique)
Ghyslain ROY (instruments inventés / electronique)
Sipi FLAMAND (Atikamekw) (flute, chant, vidéo documentaire)
+ distribution en cours

 

L’art de l‘improvisation comme mode de communication privilégié pour créer un espace propice à l’expression artistique et aux échanges.

Electric Pop Art Ensemble pratique la composition instantanée qui consiste à organiser dans l’instant la structure musicale et son développement, son orchestration, ses thématiques.

Cette approche n’est pas réservée qu’aux arts sonores et peut s’adapter à des rencontres pluridisciplinaires, croisements que nous souhaitons encourager. Ces temps de pratique artistique donneront lieu à différentes interactions avec le public à travers la présentation de concerts, de performances, d’installations sonores et visuelles mais aussi des actions de médiation culturelle, des stages, des master-class.

CONTE, RITES & RITUELS

Les rites ne sont pas forcément religieux puisqu’ils rythment très souvent les actes quotidiens de la vie des humains. Les tout premiers rites : inhumation des corps, feux, élévation de pierres (menhirs ou dolmens) montrent bien qu’à l’aube de l’humanité, le rite est intrinsèquement lié à l’Homme.

Comme pour l’art du conte initiatique qui est porteur de transformation, notre projet de création collective prend forme dans l’atmosphère créée et dans laquelle le spectateur est invité à entrer et participer. De même les artistes participent à la création et au développement de cette atmosphère et s’en nourrissent durant la performance.

Une spécificité de cette démarche est que rien ne peut endiguer de façon définitive le processus. Il est une suite de cycles organiques qui démarrent bien avant l’action artistique proprement dite, avec comme paramètres de variation, les horaires, les lieux et leur décor, les sons, les odeurs, les aliments… et se poursuit après à travers la persistance de l’ambiance, les discussions, la remémoration…

Bien que non reproductible ce processus est néanmoins récurrent et peut se répéter.

Cette approche ritualisée a aussi comme objectif de conjurer l’enferment des formes poétiques dans l’économie du spectacle et son mode de consommation stéréotypé. Ce qui est en jeu ici, c’est la rencontre et les échanges entre artistes, exprimant des humanités et des parcours différents avec la volonté de s’unifier dans une expérience esthétique.

CONVIVIALITÉ & PARTAGE

La convivialité et les temps d’échanges sont inhérents au projet. Se rencontrer, parler, partager ses expériences, découvrir et faire découvrir des lieux, des modes de vie et de pensée, partager des activités quotidiennes est constitutif du processus.
Créer des liens profonds, créer une circulation et une dynamique pour établir et développer durablement un réseau d’échanges solides.

MÉDIATION CULTURELLE

Ateliers, stages, conférences et tables rondes

NO LIMIT veut aussi ouvrir un espace de réflexion critique et actif sur les questions de société actuelles et en particulier ce qui a trait à la création artistique, l’environnement, la biodiversité…

En fonction des thèmes et des participants, nous organiserons ou participerons à des rencontres publiques sur ces thèmes sous forme de conférences, projections, tables rondes, ateliers artistiques…

Méthodologie active

Apprendre dans l’action est notre façon d’être, de penser et de partager. Ne pas être au centre mais circuler et faire circuler l’action, c’est une façon de maintenir un équilibre et une dynamique dans le groupe, chacun apprenant de chacun dans une relation d’échange.

Le laboratoire électrique d’Electric Pop Art Ensemble (www.electricpopart.com)

Le Laboratoire Électrique est né d’une réflexion autour d’un projet de médiation culturelle en lien avec la pratique musicale qui a été mis en oeuvre avec deux Maison pour Tous de Montpellier.

Il en a résulté la proposition d’atelier immersif mêlant professionnels, étudiants en musique et amateurs dans le but de faire connaitre et favoriser la pratique de l’improvisation, l’émulation et les échanges artistiques d’une façon ouverte à tous.

Electric Pop Art Ensemble, joue comme un moteur pour favoriser les interactions et les échanges au sein du groupe durant les sessions. Les membres du groupes, expérimentés et compétents, peuvent aussi donner conseils et consignes aux participants, en s’adaptant aux situations.

S’immerger dans la pratique pure, au sein d’Electric Pop Art Ensemble, c’est favoriser un échange non hiérarchisé, au coeur même du processus de création collective.

Ce laboratoire est ouvert non seulement aux musiciens mais aussi à d’autres médias tels que l’image (vidéo ou projection), la lumière, l’écriture, etc.

L’invitation à pratiquer ensemble en « grandeur nature », sans discrimination ni de pré-requis, c’est aussi créer un espace où les individus partagent une expérience égalitaire constructive au contact de l’autre.

LE LABORATOIRE ÉLECTRIQUE EN PRATIQUE :

3 heures d’atelier
1 heure de spectacle / restitution au public
1 heure de discussion avec le public

Acteurs et repères

Francis Rossignol

Artiste multidisciplinaire, il oeuvre comme concepteur sonore pour le théâtre, la danse et les arts visuels. Il a dernièrement créé la conception sonore pour La campagne de Martin Crimp mise en scène par Jérémie Niel au Théâtre Prospéro.Il à été concepteur sonore au théâtre pour Le coeur en hiver avec le Théâtre de l’Oeil, Le miel est plus doux que le sang au Théâtre Denise Pelletier, Des couteaux dans les poules ainsi que Avant la retraite au Théâtre Prospéro, Robin & Marion et Mais qui est Philippe Katherine ? au Théâtre d’Aujourd’hui.

Il au aussi créé le son pour Le Grand Cahier et Amuleto au Théâtre de Quat’Sous, ainsi que 2050 Mansfield-Rendez-vous à l’hôtel avec le collectif La 2ième Porte à Gauche.

Il est également percussionniste et électroacousticien et collabore avec de nombreux artistes de la scène Montréalaise. Actuellement il est investi avec Le Roy & Le Rossignol (création éléctroacoustique) et Les Batteux-Slaques (chanson française décalée)

Caroline Monnet

Le peuple invisible, Richard Desjardins et Robert Monderie, offert par l’Office national du film du Canada

 

 

Suivre admin:

Derniers billets de